Salsa

La salsa est la quatrième innovation basée sur la musique cubaine à impacter les Etats-Unis, et diffère des précédentes en ce qu’elle a été initialement développée localement, et pas à Cuba. Parce que Cuba a tant de genres musicaux indigènes, la commercialisation du «produit» à l’étranger a toujours été un problème pour les gens qui ne comprennent pas les différences entre des rythmes qui, pour un Cubain, sont tout à fait distincts. Donc, deux fois dans le XXème siècle, une sorte de label de produit a été développé pour résoudre ce problème.

La première occasion fut dans les années 1930 après que le «Peanut Vendor» (El Manisero) fut devenu un succès international. Il a été appelé «rumba», même s’il n’avait vraiment rien à voir avec une véritable rumba : le morceau est évidemment un son. Le label «rumba» a été utilisé en dehors de Cuba pendant des années comme un fourre-tout pour la musique populaire cubaine.

La deuxième occasion est arrivée pendant la période de 1965 à 1975 à New York, quand les musiciens d’origine cubaine et portoricaine ont produit la grande musique de la période post cha-cha-chá. Cette musique a acquis l’étiquette de «salsa». Personne ne sait vraiment comment cela est arrivé, mais tout le monde y a reconnu l’avantage d’avoir un label commun pour le son, le mambo, la guaracha, la guajira, le guaguancó, etc.

Cubains et non-Cubains, tels que Tito Puente, Rubén Blades et de nombreux experts de la musique cubaine et de la salsa ont toujours dit : «La salsa est juste un autre nom pour la musique cubaine». Tito Puente a déclaré une fois : «Maintenant ils l’appellent salsa, plus tard, ils peuvent l’appeler ratatouille, mais pour moi ce sera toujours de la musique cubaine» . Mais au fil du temps les groupes de salsa ont évolué vers d’autres influences.

Par exemple, dans les années 1960, Willie Colón a produit des morceaux faisant usage de rythmes brésiliens. Les programmes de radio new-yorkais ont présenté le «salsarengue» comme une autre combinaison. Quand vous regardez un orchestre des années 1940 jouant de la musique cubaine,  vous y voyez exactement les mêmes instruments que dans la musique salsa. Plus tard encore, la salsa romantica devient l’étiquette pour un type particulièrement sucré de bolero. Même Benny Moré, le plus grand sonero qui ait jamais existé, chantait des boleros avec un rythme de salsa dans les années 1940.

Il a fallu attendre les années 1950 pour que la musique cubaine devienne populaire pour les orchestres portoricains. La plena, la bomba et d’autres styles de musique était populaire à l’époque à Puerto Rico. Beaucoup de musiciens portoricains célèbres sont allés apprendre les styles de la musique cubaine dans les années 1930 et 1940, et il a fallu attendre l’arrivée de Castro en 1959 et l’arrêt de l’exportation mondiale de la musique cubaine pour que les Portoricains de New York remarquent que ce qui est connu aujourd’hui sous le nom de «salsa» avait été amené à New York dans les années 1920 et 1930 par Dizzy Gillespie et Chano Pozo, ce dernier étant l’un des plus grands percussionnistes qui aient jamais vécu et qui a été découvert par Dizzy.

La question de savoir si oui ou non la salsa est quelque chose de plus que de la musique cubaine a été soutenu pendant plus de trente ans. Initialement, on ne peut pas voir beaucoup de différence. Plus tard, il est devenu évident que non seulement la salsa de New York est différente de la musique populaire à Cuba, mais de la salsa au Venezuela, celle de Colombie et celle d’autres pays qui pourraient être tout autant distinguées. Il semble également clair que la position dominante de la salsa dans les années 1970 a reculé, et les raisons de cette situation sont aussi très contestées.

Librement traduit et adapté depuis https://en.wikipedia.org/wiki/Salsa_music

2017-08-27T10:15:13+00:00 Styles|