Son

Le son cubain est un style de musique et de danse originaire de Cuba qui a gagné en popularité dans le monde entier au cours des années 1930. Le son combine la structure et les caractéristiques de la canción espagnole avec des percussions et des éléments stylistiques d’origine afro-cubaine. Le son est l’une des formes les plus influentes et les plus répandues de la musique latino-américaine. Ses dérivés et fusions, en particulier la salsa, se sont répandus à travers le monde.

Le mot «son» (l’un des mots qui se traduit de l’espagnol à l’anglais par «rhythm») a également été utilisé dans d’autres styles musicaux des pays hispanophones. Par exemple, au Mexique, le son jarocho de Veracruz et le son huasteco de la Sierra Huasteca constituent des genres musicaux populaires distincts et ne sont pas liés au son cubain.

Selon Cristóbal Díaz : «Le son est le genre le plus important de la musique cubaine, et le moins étudié». Il peut être honnêtement dit que le son est à Cuba ce que le tango est à l’Argentine, ou la samba au Brésil. En outre, il est peut-être le genre le plus souple de toutes les formes de la musique latino-américaine. Sa grande force est sa fusion entre des traditions musicales européennes et africaines. Les instruments qui le caractérisent sont le très et le bongo ; ceux-ci sont présents de son origine à nos jours. Sont aussi typiques les claves, la guitare espagnole, la contrebasse (remplaçant la botija précoce ou la marímbula), puis le cornet ou la trompette, et enfin le piano.

C’est à La Havane qu’a eu lieu la rencontre entre la rumba rurale et la rumba urbaine qui ont été développées séparément au cours de la seconde moitié du XIXème siècle. Les guaracheros et rumberos qui jouaient d’habitude avec le tiple et le güiro ont finalement rencontré d’autres rumberos qui chantaient et dansaient, accompagnés par des boîtes en bois (cajón) et par la clave cubaine. Le résultat fut la fusion des deux styles en un nouveau genre appelé son. Autour de 1910, le son a probablement adopté le rythme de la clave rumba basé à La Havane, qui avait été élaboré à la fin du XIXème siècle à La Havane et à Matanzas.

La vulgarisation de masse du son a conduit à une valorisation accrue de la culture rurale afro-cubaine et des artistes qui l’ont créée. Le son a également ouvert la porte à d’autres genres de musique comprenant des racines afro-cubaines qui sont devenues populaires à Cuba et dans le monde.

Le conjunto de base du son du début du XXème siècle à La Havane se composait de :

  • guitare
  • tres
  • claves
  • bongos
  • marímbula ou botija
  • et maracas

Le tres joue l’ostinato typique cubain appelé guajeo. Le motif rythmique générique du guajeo suivant est utilisé dans beaucoup de chansons différentes. A noter que la première mesure est constituée uniquement de syncopes. Ce guajeo peut commencer par la première ou la deuxième mesure, en fonction de la structure du morceau.

Guajeo générique en 3-2

Guajeo générique en 3-2

Plus tard, la contrebasse a remplacé la marímbula, et le cencerro (cloche à main) et une trompette ont été ajoutés.

Librement traduit et adapté de https://en.wikipedia.org/wiki/Son_%28music%29

2017-08-27T10:44:02+00:00 Styles|