Mambo

Le mambo est une forme de danse et un style musical qui a été développé à l’origine à Cuba, puis avec d’autres développements importants, par des musiciens cubains et portoricains au Mexique et aux Etats-Unis. Le mot «mambo» signifie «conversation avec les dieux» en kikongo, la langue parlée par les esclaves d’Afrique centrale emmenés à Cuba.

Histoire

Le mambo moderne a commencé avec un morceau intitulé «Mambo», écrit en 1938 par les frères Oreste et Israel «Cachao» López. La chanson était un danzón, une forme de danse descendue de danses sociales européennes comme la country-dance anglaise, la contredanse française et la contradanza espagnole. Il a été enrichi par des rythmes issus de la musique populaire africaine.

Origines (contradanza et charanga)

La contradanza est arrivée à Cuba au XVIIIème siècle, où elle est connue comme danza et est devenue très populaire. L’arrivée des Haïtiens noirs, plus tard dans le siècle, a changé le visage de la contredanse par l’ajout d’un rythme appelé cinquillo (qui se trouve aussi dans un autre style dérivé de la contradanza, le tango argentin).

 

cinquillo

cinquillo

À la fin du XIXème siècle, la contradanza est devenue vive et énergique, contrairement à son homologue européenne, et a ensuite été appelée danzón. «Las Alturas de Simpson» (1877) était l’un des nombreux airs qui ont créé une vague de popularité pour le danzón. Une partie du danzón était une coda qui est devenu au fil du temps improvisée. Les orchestres étaient alors composés de vents (Orquestra Típica), mais ont été suivis par de plus petits orchestres appelés charangas.

L’ère du big band est arrivé à Cuba dans les années 1940, et est devenu un format dominant qui survit encore aujourd’hui. Deux grands chefs d’orchestre arrangeurs méritent un crédit spécial pour cela, Armando Romeu Jr. et Pérez Prado.

Armando Romeu Jr. a conduit l’orchestre Tropicana Cabaret pendant 25 ans, à partir de 1941. Il avait acquis une expérience en jouant avec des groupes de jazz américains ainsi qu’une maîtrise complète des formes de la musique cubaine. Dans ses mains, le Tropicana a présenté non seulement la musique Afro-Cubaine et d’autres musiques populaires cubaines, mais aussi le jazz cubain et des compositions de big band américains. Plus tard, il a mené l’Orquesta Cubana de Musica Moderna.

Pérez Prado avait un certain nombre de tubes, et a vendu plus de 78 tours que tout autre musicien latin de l’époque. Il a repris le poste de pianiste/arrangeur pour l’Orquesta Casino de la Playa en 1944, et a immédiatement commencé à introduire de nouveaux éléments d’arrangements. L’orchestre a commencé à sonner plus afro-cubain, et dans le même temps Prado a amené des influences de Stravinsky, Stan Kenton et d’autres. Au moment où il a quitté l’orchestre en 1946, il avait mis en place les éléments de son grand orchestre de mambo. Par-dessus tout, nous devons souligner le travail de Pérez Prado comme arrangeur, ou mieux encore, comme compositeur et arrangeur, et sa claire influence sur la plupart des autres arrangeurs cubains à partir de ce moment.

Benny Moré, considéré par beaucoup comme le plus grand chanteur cubain de tous les temps, était à son apogée dans les années 1950. Il avait une musicalité innée et une fluidité dans sa voix de ténor, qu’il a colorée et formulée avec une grande expressivité. Bien qu’il ne puisse pas lire la musique, il était un maître de tous les genres, y compris du son montuno, du mambo, de la guaracha, de la guajira, du cha-cha-chá, de l’afro, de la canción, du guaguancó et du bolero. Son orchestre, la Banda Gigante, et sa musique, était un développement plus souple et plus fluide dans le style que l’orchestre de Pérez Prado, où il a chanté en 1949-1950.

Le premier mambo est entré aux États-Unis vers 1950, bien que des idées avaient été développées à Cuba et Mexico pendant un certain temps. Le mambo aux États-Unis et en Europe était considérablement différent du danzón-mambo d’Oreste et «Cachao» López, qui était un danzón avec la syncope supplémentaire dans sa partie finale. Le mambo – qui est devenu internationalement célèbre – était un produit de big band, le travail de Pérez Prado, qui a fait quelques enregistrements sensationnels pour RCA dans leurs nouveaux studios d’enregistrement à Mexico dans les années 1940. Environ 27 de ces enregistrements avaient Benny Moré comme chanteur, bien que les meilleures ventes ont été principalement les morceaux instrumentaux. Les grands succès comprennent «Que Rico el Mambo» (Mambo Jambo), «Mambo No. 5», «Mambo n ° 8», «Cherry Pink» (et «Apple Blossom White»). Le dernier succès «Patricia» (1955) était une fusion entre le mambo et le rock. Le mambo du style Prado était plus un descendant du son et de la guaracha que du danzón.

Aux États-Unis, l’engouement pour le mambo a duré de 1950 à 1956, mais son influence sur le boogaloo et la salsa qui a suivi a été considérable.

Librement traduit et adapté depuis https://en.wikipedia.org/wiki/Mambo_%28music%29

2017-08-27T10:16:30+00:00 Styles|