Latin-jazz

Le latin-jazz est un genre du jazz intégrant des rythmes latino-américains. Bien que les musiciens élargissent sans cesse ses paramètres, le terme « latin-jazz » est généralement compris comme ayant un sens plus précis que simplement « jazz d’amérique latine ». Les deux principales catégories de latin-jazz sont :

  • le jazz afro-cubain, basé sur la musique populaire latine d’origine cubaine, souvent avec des motifs de section rythmique utilisant l’ostinato et la clave ;
  • le jazz afro-brésilien qui comprend la bossa nova et le jazz samba.

Le jazz afro-cubain

Une touche espagnole – L’influence cubaine dans le premier jazz et le proto-latin-jazz.

La musique afro-américaine a commencé à incorporer des motifs musicaux afro-cubains au XIXème siècle, lorsque la habanera (la contradanza cubaine) a gagné en popularité internationale. La habanera a été la première musique écrite pour être rythmiquement sur la base d’un motif africain. Le rythme de la habanera (également connu sous le nom de congo, tango-congo, ou tango) peut être considéré comme une combinaison du tresillo et du contre-temps. Wynton Marsalis considère le tresillo comme la “clave” de la Nouvelle-Orléans, bien que techniquement, il s’agit seulement d’une moitié de clave.

Le Tresillo La Habanera

St. Louis Blues (1914) composé par W.C. Handy comporte une ligne de basse habanera / tresillo. Handy a noté une réaction au rythme de habanera citée dans Maori de Will H. Tyler : « J’ai observé qu’il y avait une réaction soudaine, fière et gracieuse au rythme… Les danseurs blancs, comme je les avais observés, l’ont intégré dans leurs pas. Je commençais à soupçonner qu’il y avait quelque chose de négroïde dans ce beat ». Après avoir noté une réaction similaire au même rythme dans La Paloma, Handy inclus ce rythme dans son St. Louis Blues, la copie instrumentale de Memphis Blues, le refrain de Beale Street Blues, et d’autres compositions. » Jelly roll Morton a considéré le tresillo / habanera (qu’il appelait la touche espagnole) comme un ingrédient essentiel du jazz. Le rythme de habanera peut être entendu dans sa main gauche sur des chansons comme The Crave (composé en 1910, enregistré en 1938).

Maintenant, dans l’une de mes premières chansons, « New Orleans Blues », vous pouvez remarquer la touche espagnole. En fait, si vous ne parvenez pas à mettre des touches espagnoles dans vos morceaux, vous ne serez jamais en mesure d’obtenir le bon d’assaisonnement, comme je l’appelle, pour le jazz – Morton (1938: Library of Congress Recording).

Bien que les origines exactes du jazz syncopé ne seront peut-être jamais connues, il y a des preuves que la habanera / tresillo était là à sa conception. Buddy Bolden, le premier musicien de jazz connu, est crédité de la création du big four, un motif basé sur la habanera. Le big four (ci-dessous) a été le premier motif de grosse caisse syncopé à dévier du rythme standard de la marche sur chaque temps. Comme le montre l’exemple ci-dessous, la seconde moitié du motif du big four est le rythme de la habanera.

Le rythme du Big four de Buddy Bolden

Le rythme du Big four de Buddy Bolden

L’influence cubaine est évidente dans de nombreux airs de jazz pré-1940, mais rythmiquement, ils sont tous basés sur des motifs unicellulaires tels que le tresillo, et ne contiennent pas une structure ouverte de deux cellules basée sur la clave. Caravan, écrit par Juan Tizol et jouée pour la première fois en 1936, est une composition avec une introduction proto-latin-jazz. Elle n’est pas basée sur la clave.

Jazz en clave

Le premier morceau de jazz ouvertement basé sur la clave, et donc, le premier vrai morceau de latin-jazz, est Tanga (1943), composé par Mario Bauza et enregistré par Machito and his afro-cubans la même année. La mélodie était initialement une descarga (jam cubaine) avec des solos de jazz superposés, spontanément composée par Bauzá.

Le guajeo de la main droite du piano sur Tanga est dans le style connu sous le nom de ponchando, un type de guajeo non-arpégé. Comme forme d’accompagnement, il peut être joué d’une façon strictement répétitive ou comme un motif varié apparenté à l’accompagnement du jazz. L’exemple suivant est dans le style d’un enregistrement de 1949 par Machito. clave 2:3, piano par René Hernández.

« Tanga » dans le style de Machito and His Afro‐Cubans (1949). clave 2:3, piano: René Hernández.

La première descarga connue dans le monde est attribuée à une répétition de Machito le 29 mai 1943, au Park Palace Ballroom, au 110th Street et 5th Avenue. A cette époque, Machito était à Fort Dix (New Jersey) dans sa quatrième semaine de répétition. La veille à La Conga Club, Mario Bauza, le directeur musical et trompettiste de Machito, a entendu le pianiste Luis Varona et le bassiste Julio Andino jouer El Botellero, composition et arrangements de Gilberto Valdez (d’origine cubaine) qui servirait comme morceau de conclusion du set.

En ce lundi soir, le Dr Bauza se pencha sur le piano et demanda à Varona de jouer le même ostinato de piano qu’il avait fait la veille. La main gauche de Varona a commencé l’introduction de El Botellero de Gilberto Valdes. Bauza a ensuite demandé à Julio Andino quoi jouer ; puis pour les saxos ; puis les trompettes. Les sons des accords brisés ont bientôt commencé à prendre forme dans une mélodie jazz / afro-cubaine. Gene Johnson, sax alto, a alors émis des phrases de jazz de type oriental. Le jazz afro-cubain fut inventé quand Bauza a composé Tanga (mot africain pour la marijuana), ce soir de 1943.

Par la suite, chaque fois que Tanga a été joué, il semblait différent, en fonction de la personnalité du soliste. En août 1948, quand le trompettiste Howard McGhee improvise avec l’orchestre de Machito au Théâtre Apollo, ses ad-libs sur Tanga ont donné lieu à Cu-Bop City, une chanson enregistrée par Roost Records quelques mois plus tard. Les jams qui ont eu lieu au Royal Roots, Bop City et Birdland entre 1948 et 1949, lorsque Howard McGhee, le saxophoniste ténor Brew Moore, Charlie Parker et Dizzy Gillespie étaient assis avec l’orchestre de Machito, étaient tellement désinhibées, inouïes, qu’à l’époque, le maître de cérémonie Symphony Sid les a appelées jazz afro-cubain.

Les jams de dix ou quinze minutes de l’orchestre de Machito ont été les premières dans la musique latine à rompre avec les enregistrements traditionnels de moins de quatre minutes. En février 1949, l’orchestre de Machito est devenu le premier à créer un précédent dans la musique latine quand il a présenté le saxophoniste ténor Flip Phillips dans un enregistrement de cinq minutes de Tanga.

clave son 2-3

clave son 2-3

clave son 3-2

clave son 3-2

 

Mario Bauzá a développé le concept et la terminologie de clave 3:2 / 2:3. Une progression d’accords peut commencer de chaque côté de la clave. Lorsque la progression commence sur le coté 3, la section de la chanson est dite en clave 3:2. Lorsque la progression d’accords commence sur le coté 2, elle est en clave 2:3. En Amérique du Nord, les partitions de salsa et de latin-jazz représentent couramment la clave en deux mesures de 2/2; cela est probablement du à l’influence des conventions d’écriture du jazz. Lorsque la clave est écrite en deux mesures (ci-dessus), passer d’une clave à l’autre est une question d’inversion de mesures.

Bobby Sanabria, qui était le percussionniste de Bauzá, cite plusieurs innovations importantes de l’orchestre de Machito, qui fut :

  • le premier orchestre à explorer les techniques d’arrangement du jazz avec des authentiques rythmes afro-cubains, sur une base cohérente, et qui lui donne un son unique et identifiable qu’aucun autre orchestre de danse basé sur la musique afro-cubaine n’avait à l’époque. Chico O’Farill, le grand arrangeur cubain du groupe a déclaré : « Ce fut un nouveau concept dans l’interprétation de la musique cubaine avec autant de richesse (harmonique) possible. Vous devez comprendre à quel point ce fut important. Il a fait de tous les autres groupes qui sont venus après des adeptes… » ;
  • le premier orchestre à explorer l’harmonie modale (un concept exploré beaucoup plus tard par Miles Davis et Gil Evans), dans une perspective d’arrangement de jazz, par leur enregistrement de Tanga. Il faut noter la grille d’effets sonores dans l’arrangement par l’utilisation de multiples couches ;
  • le premier big band à explorer, du point de vue de la section rythmique afro-cubaine, un travail de composition à grande échelle ; par exemple The Afro-Cuban Jazz Suite de Chico O’Farill ;
  • le premier orchestre à intégrer avec succès les techniques d’écriture du big band de jazz au sein d’une composition originale avec des solistes orientés jazz en utilisant une section rythmique de base afro-cubaine authentique ;
  • le premier orchestre de danse afro-cubain à explorer ouvertement le concept de clave et le contrepoint du point de vue de l’arrangement. La capacité à passer de façon transparente d’un côté de la clave à l’autre, sans rupture de son intégrité rythmique, au sein de la structure d’un arrangement musical.

Bauzá présente l’innovateur du bebop, Dizzy Gillespie au conguero cubain Chano Pozo. Manteca est le premier standard de jazz à être rythmiquement basé sur la clave. Manteca a été co-écrit par Dizzy Gillespie et Chano Pozo en 1947. Selon Gillespie, Pozo a créé les couches de guajeos contrapuntiques (ostinatos afro-cubains) de la section A et de l’introduction, et Gillespie a écrit le pont. Le rythme de la mélodie de la section A est identique à un modèle commun de cloche mambo.

En haut : Premières mesures de

En haut : Premières mesures de « Manteca ». En bas : modèle commun de cloche mambo (clave 2:3).

Le 31 mars 1946, Stan Kenton a enregistré Machito, écrit par son collaborateur / arrangeur Pete Rugolo, qui est considéré par certains comme le premier enregistrement de latin-jazz par des musiciens de jazz américains. Le groupe de Kenton a été enrichi par Ivan Lopez au bongo et Eugenio Reyes aux maracas. Plus tard, le 6 décembre de la même année, Stan Kenton a enregistré un arrangement de la chanson afro-cubaine El Manisero avec les membres de la section rythmique de Machito.

Le percussionniste cubain Mongo Santamaria a enregistré pour la première fois sa composition Afro Blue en 1959. Afro Blue a été le premier standard de jazz construit sur une hémiole africaine typique de trois contre deux. L’exemple suivant montre l’ostinato original de la ligne de basse d’Afro Blue. Les têtes de notes tailladées indiquent les temps principaux.

Ligne de basse d'

Ligne de basse d' »Afro Blue »

En comparaison avec le jazz, le latin-jazz emploie un rythme strict plutôt que le rythme swing. Le premier latin-jazz utilise rarement le contre-temps, mais les formes contemporaines fusionnent le contre-temps avec la clave. Les congas, timbales, güiro, bongo, et claves sont des instruments de percussion souvent utilisés à la place du kit de batterie.

Librement traduit et adapté de en.wikipedia.org/wiki/Latin_jazz

2017-08-27T10:09:59+00:00 Styles|